CE QU´IGNORE LE PÉLERIN. Ce que tu es en train de lire, le comprends-tu?

Creado en Martes, 03 Julio 2012 Última actualización en Martes, 28 Mayo 2013
CE QU´IGNORE LE PÉLERIN
Ce que tu es en train de lire, le comprends-tu?

16 Août: commencement des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ). Les lectures spécifiques du jour sont porteuses de sens, mais elles ne sont pas lues à la messe présidée par l´archevêque de Madrid: “Dieu annonce la paix à ses fidèles pourvu qu´ils ne reviennent à leur folie” (Ps 85), “Il est plus facile à un chameau de passer par le trou de l´aiguille qu´à un riche d´entrer dans le Royaume de Dieu” (Mt 19,23-30).
Crise alimentaire en Somalie. Selon les estimations de l´ONU, dans le camp de Daabad, au Kenya, se trouve presque un demi-million de Somaliens réfugiés souffrant de la faim.
Palencia. Début de l´exhumation de 250 victimes des représailles de Franco  dans un jardin public pour enfants; 497 fusillés par la dictature franquiste reposeraient dans le sous-sol. “L´Espagne, dit l´archevêque de Madrid, trouve dans la foi sa principale marque d´identité historique”. Il s´était prononcé en des termes semblables dans le journal El Mundo le dimanche antérieur, et-ce en référence aux mots-mêmes prononcés par le Pape: “Les Espagnols, nous avons un ADN catholique”.
Et cependant, la foi ne se reçoit pas en héritage. Ce n´est pas une question de race et il ne sert de rien de dire:” Nous avons pour père Abraham” ou encore “Nous sommes catholiques depuis toujours”, ou “Nous avons un ADN catholique”. C´est une question de conversion (Lc 3,8). Dans la perspective prophétique de Jean, au coeur du judaïsme sociologique, fait irruption l´appel de Jésus:” Le royaume de Dieu est tout proche, convertissez-vous! ” (1,15). La religiosité traditionnelle n´est pas suffisante; il faut autre chose. De la même manière aujourd´hui, au coeur du  christianisme sociologique, fait irruption l´expérience de l´Évangile.
En abandonnant les positions médiévales, l´Église qui se renouvelle établit une nouvelle relation avec le monde. Avec le Concile Vatican II, elle avait abandonné la vieille identification entre christianisme et société, elle s´était située en tant que communauté au coeur de la société, d´une société plurielle.
17 août. Manifestation “contre la pompe et contre la dépense publique” que supposent les Journées Mondiales de la Jeunesse; le slogan est le suivant: “De mes impôts, pour le Pape: zéro centime. Pour un État laïc”. Huit personnes sont arrêtées et onze sont blessées, trois d´entre elles étant des policiers.
18 août. À son arrivée à Madrid, le Pape est reçu par le Roi et la Reine, le Président du gouvernement et l´ensemble des autorités civiles et religieuses. Le pape critique “la persécution ouverte ou latente dont souffrent un bon nombre de jeunes catholiques à cause de leur foi pour le Christ”. “On fait pression sur eux pour les écarter du Christ en les privant des signes de sa présence sur la voie publique et en interdisant même de prononcer son saint nom”. L´après-midi, le Pape entre dans la ville par la Puerta de Alcalá où il reçoit les clefs des mains du Maire. Sur la Place de Cibelés, le Pape exhorte les jeunes à combattre le relativisme moral: “Nombreux sont ceux qui, se prenant pour des dieux, ne pensent pas avoir besoin de plus de racines ni plus de fondations qu´eux-mêmes. Ils voudraient décider par eux-mêmes de ce qui est vrai, de ce qui ne l´est pas, de ce qui est bien ou de ce qui est mal, de ce qui est juste ou injuste, décider de qui est digne de vivre ou de qui doit être sacrifié, en fonction des critères de leurs préférences”. Antena 3 Televisión retransmet le film:” Le Pape Luciani. Le sourire de Dieu”.
19 août. Benoît XVI a une réunion, à l´Escorial, avec 1 664 religieuses et   1 000 jeunes professeurs. L´après-midi, pendant le chemin de croix, il dit aux jeunes: “ Ne passez pas à côté de la souffrance humaine”. Le ministre de la Présidence, Ramón Jáuregui, demande au Vatican que le Valle de los Caídos cesse d´être un symbole du national-catholicisme, pour devenir un centre de la mémoire et de la réconciliation entre les Espagnols. Le Chili reconnaît plus de 40 000 victimes de la dictature de Pinochet. Le psaume du jour dit:” Le Seigneur rend justice aux opprimés, il donne aux affamés du pain, il délie les enchaînés. Yahvé rend la vue aux aveugles, il redresse ceux qui sont courbés, il protège l´étranger, il soutient l´orphelin et la veuve” (Ps 146).
20 août. Ils lient de pesants fardeaux en les imposant aux épaules des gens. Tout ce qu´ils font, c´est pour se faire remarquer par les gens. N´appelez “Père” personne sur la terre, car vous n´en avez qu´un, c´est le Père céleste (Mat 23,1-12).
C´était le 8 janvier. Un volontaire des JMJ avait  pris contact avec nous. Nous avons avec lui commenté le passage de l´eunuque éthiopien, ministre des finances, qui revenait, assis dans son char, d´un pélerinage à Jérusalem et qui lisait un passage du prophète Isaïe (Ac 8,27-28). Philippe lui dit:” Ce que tu es en train de lire, tu le comprends?”. “Comment pourrais-je le comprendre, répondit l´eunuque, si je n´ai personne pour me l´expliquer?”. Le passage qu´il était en train de lire était le suivant: Comme une brebis, il a été conduit à la boucherie: comme un agneau muet devant celui qui le tond, ainsi il n´ouvre pas la bouche. Dans son abaissement, la justice lui a été déniée. Sa postérité, qui la racontera? Car sa vie a été retranchée de la terre” (Is 53,7-8). Le pélerin demanda alors à Philippe:” De qui le prophète dit-il cela? De lui-même ou de quelqu´un d´autre?” (Ac 8,34). Et Philippe lui annonça derechef la bonne nouvelle de Jésus, crucifié précisément sur le lieu d´où il revenait.Un abattoir.
À ce volontaire des JMJ, nous lui avons parlé de Jean Paul I. Les lectures, précisément de ce dimanche-là, étaient celle que nous avions écoutées le jour de son élection comme successeur de Pierre. D´un certaine manière, c´est la question qui est posée au pélerin: Comprends-tu ce que tu es en train de lire? Et si personne ne le lui explique, serait-ce par hasard celà, précisément, qu´ignore le pélerin?
Le 26 août 1978, cet après-midi-là, les médias annonçaient la nouvelle de l´élection d´Albino Luciani comme Pape. C´était un samedi, et à l´Eucharistie de la Communauté, nous avons lu les lectures du dimanche correspondant.L´évangile ne pouvait être plus opportun:” Tu es Pierre, disait-il, et sur cette pierre je bâtirai mon Église,” disait-il. Et encore: “Les pouvoirs de l´enfer ne pourront rien contre elle” (Mt 16,13-20).
Vue à la lumière d´éléments postérieurs, la première lecture, elle-aussi, devient opportune. Un passage d´Isaïe, qui rendait compte des intentions du nouveau Pape et de la crainte envers Marcinkus; celui-ci détenait entre ses mains les clefs du palais du Vatican:” Ainsi s´adresse le Seigneur à Sobna, l´intendant du palais: je vais te chasser de ton poste, je t´arrachererai de ta place” (Is 22,19-23). Conformément à ce que nous savons par le  témoignage de la personne de Rome et par d´autres sources, Jean Paul I avait prévu la destitution de Marcinkus.
La deuxième lecture de ce jour-là, extraite de la lettre aux Romains (11,33-36), fut utilisée par le cardinal Carlo Confalioneri lors des funérailles du Pape Luciani:” Que ses décrets sont insondables et ses voies incompréhensibles! “, dit le cardinal. Mais il ne disait mot des circonstances obscures de la mort de Jean Paul I: un diagnostic  sans fondement (infarctus du myocarde aigu et, de plus, instantané), prononcé  par des médecins qui ne connaissaient pas le Pape en tant que patient, qui tournaient le dos à son médecin personnel et qui ne voulurent même pas prendre connaissance de ses antécedents cliniques; de plus, la thèse officielle, qui faisait état d´une absence d´autopsie alors que, officieusement, elle avait été pratiquée; et enfin, un médicament que personne n´avait prescrit et dont le Pape est mort.
Le psaume du jour fut aussi celui du jour de sa mort:” Je te rends grâce, Seigneur, de tout mon coeur, tu as entendu les paroles de ma bouche; le jour où j´ai crié, tu m´exauças” (Ps 138). Pour celui qui croit, tout (la maladie, la mort prématurée, et même une mort violente) peut se transfigurer en “gloire de Dieu” et en “gloire du Christ” (Jn 11, 4,40). Et malgré tout, le psaume invite à “célébrer les voies du Seigneur”, parceque “grande est la gloire de Yahvé”. L´humilité était l´un des signes distinctifs de la personnalité du Pape Luciani, et de fait, elle était devenue sa référence: “Le Seigneur voit les humbles”. La prière finale du psaume  reste actuelle:” Seigneur, éternel est ton amour, ne délaisse pas l´oeuvre de tes mains”.
Jesús López Sáez