AVEC LES PSAUMES

Création : lundi 5 juillet 2010 Mis à jour : lundi 27 mai 2013

1.      Les psaumes sont des poèmes, des chants et des prières (cf. Ps 104,33-34): “Les psaumes sont la prière d´Israël, expression de l´expérience humaine qui retourne vers Dieu” (Schökel). Dans les psaumes, tout (la vie du peuple et de l´individu) se transforme en prière, une prière vive et variée, à travers des auteurs qui transforment en mots l´expérience.

2.      Le livre des psaumes est simple et familier. Et cependant, il présente des difficultés. Les psaumes ont été composés par une chaîne anonyme d´auteurs. A nous, il nous parvient comme une collection de cinq collections. Certains sont en double, et de division mal définie, de telle sorte que le nombre de 150 est un nombre approximatif. De plus, le texte hébreu présente des difficultés, ce qui explique en partie la diversité des traductions.  Leur origine pourrait remonter aux premières années de la monarchie (Xº siècle), et leur épanouissement à une période qui va jusqu´à la moitié du VIIIº siècle. Dans bien des cas, la prière avec les psaumes souffre de routine et de simple répétition.

3.      Il n´existe pas, pour les psaumes, d´ordre logique: “Il est vrai que, parfois, nous en trouvons certains qui ont été regroupés avec une certaine logique: il existe, par exemple,  des groupes de lamentations individuelles (Ps 5-7;54-57;61-64;69-71;140-143), des psaumes d´action de grâce (Ps 40s), des hymnes (Ps 65s;95-100;103-105;134-136;145-150), des chants royaux (Ps 20s), des lamentations communautaires (Ps 89s), des proverbes de sagesse (Ps 127), des psaumes alphabétiques (Ps 11s). Le groupe de psaumes 74-83 se réfère au destin d´Israël; les psaumes 105-106 contiennent des récits; les psaumes 46-48 présentent un contenu eschatologique. Mais il est beaucoup plus fréquent qu´il n´existe aucun type de relation interne entre les psaumes qui se suivent… A l´intérieur-même du groupe de psaumes 120-124, connu comme les chants de pélerinage, il existe des genres très divers” (Gunkel).

4.      Le livre des psaumes n´apparaît pas comme une oeuvre isolée, mais faisant  partie du domaine de la poésie religieuse, tant à l´intérieur qu´à l´extérieur d´Israël (Babylone, Assyrie, Egypte), depuis le troisième millénaire avant le Christ  jusqu´à l´époque de diffusion du christianisme. Les poèmes qui s´inscrivent dans ce contexte sont nombreux: le cantique de la mer, de Moïse (Ex 15); le cantique de Deborah (Jug 5); le chant d´action de grâce d´Anne (1 Sam 2); celui de David (2 Sam22), qui réapparaît dans le psaume18; celui de Jonas (Jon 2) et celui d´Ezéquias (Is 38,9 et suivants); certains vers du livre des Chroniques (1 Chr 16,8 et suivants); les chants de Tobie (Tob 13) et de Judith (Jdt 16); les cantiques d´Azarie et des trois jeunes gens (Dan 3). Et, dans le Nouveau Testament lui-même, les cantiques de Marie (Lc 1,46 et suivants), de Zacharie (Lc 1,67 et suivants), ainsi que ceux de l´Apocalypse (Ap 4,11;5,9 et suivants; 11,17 et suivants;15,3 et suivant;19,6 et suivant).

5.      Le livre des psaumes reflète la trace des différentes époques par lesquelles est passée la religiosité israëlite. L´influence la plus grande vint de la part des prophètes. Les auteurs de quelques psaumes utilisent des genres créés par les prophètes et, en suivant leur exemple, ils annoncent la volonté de Dieu (Ps 50) et l´orientation de l´avenir (Ps 82). Et malgré tout, l´effet le plus significatif de l´influence prophétique a été le peu de valeur accordé au culte exrérieur: “Les hommes pieux apprirent à entonner leurs chants en marge de toute action externe et indépendamment du culte officiel” (Gunkel).

6.      Il est certain qu´à ses origines, la prophétie n´avait rien à voir avec la poésie religieuse. Cependant, à un moment donné, les prophètes utilisent la poésie des psaumes pour mieux exprimer leur message. Ainsi entonnent-ils des lamentations pour dire la souffrance du peuple ou de l´individu (Jr 14,1-6;7-9;19-22;Is 63,11 et suivants; Mi 7,7 et suivants; Jr 11,18-20;12,1-6;15-21;17,12-18; Lm 3 et 5), ils composent des chants et des hymnes et les mettent sur les lèvres du futur Israël qui les chantera lorsque, libéré de ses maux, il célèbrera dans l´ allégresse la fête consacrée à son Dieu (Is 12; 25,1 et suivants; 26, 1 et suivants; 42,10-12;49,13; 52,9 et suivant).

7.      Les psaumes trouvent leur origine dans le culte d´Israël. Et cependant, nombreux sont ceux dans lesquels il n´est fait aucune référence au contexte cultuel, ou bien encore dans lesquels l´allusion est extrêmement ténue. Ces psaumes puisent leur origine dans la prière individuelle et possèdent un caractère plus personnel.

8.      La prière des psaumes varie selon la situation personnelle ou collective qui les provoque. Comme ces situations sont typiques, susceptibles de se reproduire, aparaissent des prières qu´il est possible de distinguer et de regrouper selon leurs thèmes et leurs contenus, leur style et leur langue, la situation qui les a provoquées ou le but dans lequel elles ont été écrites. Ce sont les genres littéraires. On peut les classer (de façon flexible, car il existe des genres mixtes) en plusieurs groupes:

·        L´hymne est un chant de louange à Dieu pour ses oeuvres dans la création et dans l´histoire. Il comporte habituellement une introduction, une partie centrale qui proclame les oeuvres de Dieu, et une conclusion (Ps 8;65;136). D´après le thème, l´hymne peut être: un chant à la royauté du Seigneur, dans lequel –d´une manière ou d´une autre- on chante que “le Seigneur règne” (Ps 47;99), et un chant pour Sion, dans lequel on chante en l´honneur de la cité sainte, de la montagne du temple, à l´occasion d´un pélerinage ou d´une fête à Jérusalem (Ps 48;87;122). Parfois, l´hymne est assimilé à l´action de grâce (Ps 18;116).

·        La prière de demande, comme celle de louange ou celle de l´action de grâce, peut être individuelle ou collective. Après l´invocation à Dieu, la partie centrale du psaume peut exprimer la situation de peine (Ps 79), la plainte présentée au Seigneur (Ps 74,11), l´aveu des péchés (Ps 51) ou encore la réaffirmation de l´innocence(Ps 44,18). Fréquemment, la prière inclut un acte de confiance et, à la fin, une promesse d´action de grâces. Il peut s´agir de la prière dans la persécution (Ps 35), de celle d´un malade (Ps 41), de celle de l´innocent injustement accusé, et qui en appelle au jujement de Dieu (Ps 7,17). Le psaume de confiance s´est peut-être détaché de celui de la supplication; il peut exprimer la confiance en Dieu, sereine et assurée, ou encore l´effort pour renforcer la confiance en crise (Ps 16; 23;27)

·        Les psaumes cultuels relèvent d´une célébration religieuse (Ps 15;24;118). Quant aux psaumes de la sagesse, ils débordent de sagesse, par leur ton réflexif, par leur style didactique (Ps1;37;49) ou par leur méditation sur l´histoire d´Israël (Ps 78;105;106).

9.      Une fois le psaume situé dans le genre auquel il correspond, nous pouvons procéder à sa compréhension. Chaque psaume possède une unité, qui lui donne son sens et qui peut offrir des recours très variés. De plus, chaque psaume est unique, il a quelquechose qui fait sa particularité. Il y a des psaumes qu´on n´oublie pas. Chacun l´enrichit de sa propre attitude, de ses préoccupations, du ton de sa voix, de sa résonnance spirituelle et corporelle. Les sens peuvent symboliser des expériences spirituelles: et pas seulemnt l´ouïe et la vue, mais aussi le goût et le toucher (Ps 34,63). Outre le message, le croyant fait siens les sentiments et le langage des psaumes. C´est ce qu´on appelle l´appropriation: “Le psaume reste ouvert et disponible, même lors du passage à la transcendance: lorsque, sans qu´il ne perde son sens judaïque antérieur, celui qui prononce le psaume est Jésus Christ. Dans l´explication que donne Saint Augustin, Jésus Christ dit certains psaumes en tant que Dieu, d´autres en tant qu´homme exceptionnel, d´autres encore en tant que tête du corps que constitue l´Eglise. En se faisant celui qui prononce les psaumes, il les charge d´un sens nouveau pour les chrétiens. De là naît ce qu´on appelle la lecture chrétienne des psaumes, qui pourrait être appelée prière chrétienne. La lecture commence par rechercher si le psaume en question est cité dans le Nouveau Testament, comme c´est le cas, par exemple, du psaume 22 lors de la passion. Puis, on examinera la présence des symboles et leur transformation, et enfin cherchera des situations équivalentes dans la vie de l´Eglise”. (Schökel).

10.  Les psaumes sont, avant tout, un répertoire de prière. Pour comprendre en profondeur les psaumes, il faut prier personnellement avec eux. Israël a la conviction d´être un peuple qui parle avec Dieu, avec un Dieu vivant qui dialogue avec l´homme: Il révèle à Jacob sa parole, ses préceptes et ses jujements à Israël (Ps 147,19).

 

*Dialogue: Que signifient, pour nous, les psaumes?