QUE TON RÈGNE VIENNE

Création : lundi 5 juillet 2010 Mis à jour : lundi 27 mai 2013

1.- À la suite de l´invocation et de la glorification de Dieu, la prière de Jésus se centre sur le point essentiel de sa mission: l´irruption du royaume de Dieu sur le terrain de l´histoire et la conversion qui en résulte nécessaire. C´est de cette manière que Jésus  en fait la demande au Père: Que ton règne vienne (Lc 11,2). Et il ajoute, en explicitant ce qui vient d´être dit: Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel (Mt 6,10). Ceci étant posé, surgissent plusieurs interrogations: Quelle réalité recouvre cette expression  “le royaume de Dieu”? S´identifie-t-elle à l´Eglise? Est-t-il déjà arrivé parmi nous , ou non? Arrive-t-il de nos jours aussi? Que demandons-nous à Dieu quand nous lui demandons que son règne vienne?

2.- L´Évangile est annoncé dans un monde où c´est l´expérience contraire qui semble règner. L´Évangile annonce, en même temps que le royaume de Dieu, la conversion de l´homme ( Mc 1,15). Et cependant, il semble que ce qui se produit dans le monde, c´est exactement le contraire: Dieu n´a aucun pouvoir et, de plus, l´homme est incapable de changer.

3.- Nicodème, maître en Israël, n´est cependant pas convaincu. Plus encore, il est résigné. L´homme est  incapable de changer.  De tout ce que dit et fait Jésus, il a compris une chose: que Dieu est avec lui, et qu´il  nous vient de Dieu comme maître. Mais il y a quelquechose qui reste vraiment  étrange pour lui, c´est ce que dit Jésus: À moins de naître de l´eau et de l´esprit, nul ne peut entrer dans le royaume de Dieu. (Jn 3,5). Pour changer, l´homme aurait besoin de se refondre dans le sein de sa mère. Nicodème est déjà vieux, et il connaît bien les ressources humaines. Il ne croit pas que l´homme puisse changer, naître de nouveau, renaître.

4.- En réalité, lorsque l´homme évite la présence de Dieu, il commet son erreur la plus radicale. Dieu a pour habitude de se promener dans le jardin du monde, il veut être proche de l´homme, aller à sa rencontre, lui parler. Mais l´homme s´imagine qu´il n´a pas besoin de Dieu pour vivre, que Dieu est hostile à son bonheur, à sa vie, que Dieu est envieux. En conséquence, quand l´homme entend les pas de Dieu dans le jardin, il se cache. En agissant de cette manière, l´homme ne fait que retirer à  Dieu  toute  fonction au sein de l´histoire, et, de ce fait, se fermer à lui-même l´accès à l´arbre de vie (Gn 3).

5.- Et cependant, depuis Abraham  jusqu´au dernier prophète, avoir la foi, ce n´est pas simplement admettre l´existence de Dieu, c´est aussi croire que Dieu intervient dans l´histoire  humaine. C´est ainsi que la foi en vient à être une expérience en profondeur de Dieu comme Seigneur de l´histoire. On chante dans les psaumes du royaume (Ps 93-100): Le Seigneur est roi! (Ps 96, 10).  Dieu règne sur le monde et sur l´histoire, mais, d´une manière toute spéciale, il veut règner sur Israël: Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai que vous marchiez selon mes lois, et que vous observiez et pratiquiez mes préceptes (Ez 36,27).

6.- Depuis des temps très reculés, on donnait à Dieu le titre de roi, conformément à une coutume très répandue chez les peuples sémites. Logiquement, on considérait qu´Israël était le royaume de Dieu, qu´il s´agissait d´une réalité actuelle (1S 12,12). Mais, allant de pair avec le commencement de la domination étrangère, le contraste entre cette croyance et la triste réalité donduisit à l´idée d´un royaume de Dieu dans le futur à peine perceptible dans le présent. C´était une époque à laquelle Israël vivait soumis à la domination d´empires païens chez lesquels le nom du Seigneur était profané; les prophètes l´avaient annoncé: Qu´ils sont beaux, sur les montagnes, les pieds du messager qui annonce la paix, du messager de bonnes nouvelles qui annonce le salut, qui dit à Sion:”Ton Dieu règne.”(Is 52,7; cf. Mi 2,13;4,7;Za 14,9.16-17;So 3,15).

7.- Dans les psaumes,  on chante le royaume de Dieu, un royaume qui s´étend à tous les peuples: Tous les peuples, battez des mains, acclamez Dieu en cris de joie! C´ est Yahvé, le Très Haut, le redoutable, le grand roi sur toute la terre (Ps 47,2). On chante sa justice: Le roi qui aime la justice, c´est toi; tu as fondé droit, jujement et justice; en Jacob, c´est toi qui l´exerces (99,4). On chante ses oeuvres: Chantez à Yahvé un chant nouveau, car il a fait des merveilles (98,1). On chante son amour:  Il  se rappelle son amour et sa fidélité pour la maison d´Israël (98,3). On chante sa  majesté: Yahvé règne, il est vêtu de majesté; il est revêtu, Yahvé, enveloppé de  puissance. Oui, le monde est stable, point ne tremblera (93,1). Le Seigneur règne  depuis toujours: Ton trône est établi dès l´origine; depuis toujours, tu es (93,2).

8.- Bien qu´ébauchée par le passé, la nouvelle que Jésus annonce est une nouveauté radicale, le règne de Dieu. C´est une réalité qui se trouve dissimulée au sein de l´histoire. Elle ne se produit pas de façon spectaculaire, pas plus qu´elle n´est liée à une époque ou réservée à  un lieu précis. C´est une réalité qui est liée à sa personne-même. Jésus fait percevoir sans détours à celui qui en éprouve la nécessité la proximité de Dieu: Car voici que le royaume de Dieu est au-milieu de vous (Lc17,21).

9.- Le royaume arrive lorsque la parole de Dieu s´adresse aux hommes, la parole du royaume (Mt 13,19). Elle est comme de la semence semée dans un champ (13,14), comme un grain de moutarde qui se transforme en arbre et dont les branches abritent les nids des oiseaux du ciel (13,31), comme la levure que la femme introduit dans la masse (13,33), comme une perle qu´on achète, quitte à vendre tout ce qu´on possède (13,46), comme un filet jeté à la mer, et qui rapporte toutes sortes de poissons (13,47).

10.- Aux autres, il parvient sous forme de paraboles. Mais les disciples, eux,  contemplent les secrets du royaume: Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez! (Lc 10,23). Plus encore, les disciples héritent du royaume: Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père s´est complu à vous donner le royaume (Lc 12,32). D´une façon toute spéciale, Pierre en reçoit les clefs (Mt 16,18). L´Église, convertie à l´Ëvangile, devient sur la terre “ le germe et le principe de ce royaume” (LG 5). Il convient de chercher par-dessus tout le royaume de Dieu et sa justice (Mt 6,33).

11.- Jésus annonce  le programme du règne de Dieu dans un contexte de voeux de bonheur. Le véritable bonheur ne se trouve pas en suivant les chemins du pouvoir, de l´argent et de la force, mais bien plutôt en suivant ceux de la paix, de la générosité, de l´indulgence, de la lutte pour la justice, du fait de se remettre avec confiance entre les mains de Dieu. La foule en reste ébahie. De plus, cette annonce est présentée comme une grâce à ceux qui, par leurs propres moyens, ne sont même pas capables de respecter la loi. Avec sa réalisation, jaillissent au coeur de l´homme joie, paix, bonheur.  

12.- Jésus annonce une parole qui s´accomplit. Les faits confirment les mots. On y retrouve les signes attendus: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés de leur mal, les sourds entendent, les morts ressuscitent,  la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres (Lc 7,22). Les gens s´émerveillent de ce qu´il enseigne en homme qui a autorité (Mt 7,29). C´est pour cette raison que nous pouvons prier en disant: Renouvelle tes prodiges, et fais d´autres miracles (Si 36,5).

13.- Accusé de vouloir être roi des Juifs, Jésus déclare que son royaume n´est pas de ce monde (Jn 18,36). Et malgré cela, les puissants de ce monde le condamnent et le crucifient. Par la suite, les disciples annoncent le règne de Dieu, mais en le centrant désormais sur le nom de Jésus. Le crucifié a été constitué Seigneur  (Ac 2,36). À l´égal de Dieu!  Par conséquent, le royaume de Dieu est, d´ores et déjà, le royaume du Christ. Les disciples prient ainsi au-milieu des persécutions: À présent, Seigneur, considère leurs menaces et, afin de permettre à tes serviteurs d´annoncer la parole en toute assurance, étends la main pour opérer des guérisons, signes et prodiges par le nom de ton saint serviteur Jésus (Ac 4,29-30; cf. Ps 65,9).

14.- Dans la prière, nous découvrons la volonté du Père et la part qui nous incombe dans son accomplissement, nous préparons notre coeur pour le mettre au service du royaume de Dieu qui est en marche. Dieu est tout proche: c´est en lui que nous avons le mouvement, la vie et l´être (Ac 17,28). Nous pouvons prier comme Jésus: Alors, j´ai dit: Voici, je viens, car c´est de moi qu´il est question dans le rouleau du livre, pour faire, ô Dieu, ta volonté (He 4,29-30; cf. Ps 65, 9), Envoie ta lumière et ta vérité, elles me guideront (Ps 43,3), enseigne-moi à faire tes volontés (Ps 143,10). Nous pouvons aussi prier comme l´Église des premiers temps en disant: Viens, Seigneur Jésus (Ap 22,20). Le Christ ressuscité attire en secret tout à lui, comme un aimant attire la limaille, selon les lignes d´un tracé qui devient visible peu à peu.

 

*Dialogue: Que demandons-nous, quand nous disons: que ton règne vienne?